Sauter la navigation
 

Monde microscopique

Métal

Pochoir Agrandissez

Des objets de métal interviennent dans la confection de textiles de nombreuses façons. Apprécié pour sa durabilité, le métal a naturellement mené à la production d’outils, comme les ciseaux et les coupeuses rotatives, ou encore d’aiguilles et d’épingles de toutes les tailles et de toutes les formes. Bien souvent, ces objets survivent largement aux textiles dont ils ont facilité la création.

À propos de cet objet

Nom de l'objet : Pochoir
Lieu de création: Nigeria
Peuple : Yorouba
Date de création : Vers 1970
Dimensions : 64 cm sur 39
Matériaux & Techniques : Feuille de zinc avec images poinçonnées et découpées
Source : Don de Susan E. Barkley
Numéro au catalogue : T87.0600

Ce pochoir, conçu dans une feuille de zinc, sert à la production de l’adire, une étoffe nigériane. Le procédé consiste à appliquer à travers les trous du pochoir une pâte épaisse de farine d’igname ou de manioc sur du coton, qu’on plongera ensuite dans un bain de teinture indigo.

Autres images

Transversalement

Transversalement

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Autres perspectives

Gros plan

Gros plan

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Vue Touchpoint

Pour voir ce contenu, vous devez permettre Javascript et avoir Flash Player 9.

Nota : La version 9 ou une version plus avancée de Flash Player est requise.

Bande sonore

Tissu adire

Écoutez Susan Barkley au sujet de l’adire nigérian.

Credit: Bande sonore produite par le TMC

Pour voir ce contenu, vous devez permettre Javascript et avoir Flash Player 9.

Transcription

Voici un adire eleko. Mentionnons que les pochoirs étaient très utiles pour passer des messages politiques. Pensons, par exemple, au cas du chef nigérian Yakubu Gowon, qui, dans les années 1970, a été destitué alors qu’il se trouvait en voyage en Angleterre. Du jour au lendemain, toutes les robes à son effigie ont cessé d’exister, disparaissant du marché, et les pochoirs nécessaires à leur confection se sont volatilisés. Depuis ce temps, d’autres chefs ont statué sur le sort de Yakubu Gowon, ne le jugeant pas si mal après tout, si bien que, avant mon départ du Nigeria, j’ai aperçu une pièce d’étoffe réalisée au pochoir à son effigie sur un étal d’un grand marché. Six mois plus tard, j’ai lu dans le journal d’Ottawa que l’ancien chef avait été rétabli dans ses fonctions à la tête du gouvernement nigérian. La nouvelle ne m’a rien fait, puisque la pièce d’étoffe me l’avait révélée quelques mois auparavant. Il n’y avait pas meilleure source d’information…

Instantané

Imagerie du pochoir

Le positionnement de l’homme et de la femme yoroubas sur ce pochoir destiné à la fabrication de l’adire fait écho à un célèbre motif, l’oloba, qui signifie littéralement « tissu sur lequel figure un roi ». Ce motif s’inspire des souvenirs produits pour commémorer le jubilé d’argent du roi George V et de la reine Mary en 1935. Le couple est vêtu à l’africaine, et la femme porte une croix au cou, car certains Yoroubas étant chrétiens. Le mot « EGBA » fait référence à une branche des Yoroubas, alors que « GBE » renvoie à des dialectes. À l’instar du métal revêtant les boîtes de thé qu’on recyclait pour la conception de pochoirs, l’image royale est reprise dans un nouveau contexte pour représenter un noble et son épouse.

Diapositive de lanterne magique représentant George V et la reine Mary, vers 1935

Imagerie du pochoir

Titre : Diapositive de lanterne magique représentant George V et la reine Mary, vers 1935
Source : Image offerte par le Bill Douglas Centre for the History of Cinema and Popular Culture, University of Exeter

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Instantané

Boîtes de thé revêtues d’étain

Les Yoroubas du sud-ouest du Nigeria sont passés maîtres dans l’art textile depuis longtemps. Au début du XXe siècle, ils ont mis au point une ingénieuse méthode de recyclage de l’étain ou du plomb qui revêtait les boîtes de thé parvenues de l’Extrême-Orient. Si la tradition attribuait aux femmes la teinture de l’adire par points de couture ou par nœuds, il revenait aux hommes de découper les pochoirs sur les feuilles de métal et de les appliquer pour la conception des motifs. On appelait adire eleko le tissu bleu qui en résultait, teint par réserve de pâte de manioc. Ses motifs étaient plus libres que ceux de l’adire alabere et de l’adire oniko, respectivement teints par points de couture et par nœuds.

Boîtes de thé revêtues d'étain, Darjeeling

Boîtes de thé revêtues d’étain

Titre : Boîtes de thé revêtues d'étain, Darjeeling
Source : Image offerte par Paul Williams

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Lien avec la collection

Nota : Les liens s'ouvriront dans d'autres fenêtres du navigateur.

Vêtement-enveloppe

Vêtement-enveloppe

ID*: T00.42.13

Pochoir

Pochoir

ID*: T87.0597

Vêtement-enveloppe

Vêtement-enveloppe

ID*: T94.2146