Sauter la navigation
 

Monde microscopique

Plantes

Ronds de tapisserie Agrandissez

Les matériaux végétaux sont très présents dans les produits textiles. La variété de textiles d’origine végétale est impressionnante et va de l’écorce battue du figuier aux fibres peignées des capsules de coton, en passant par les longues tiges craquantes du lin, de l’ortie et du chanvre. Les tiges, les gousses floconneuses et les fûts fibreux, rien n’est épargné par les artisans textiles!

À propos de cet objet

Nom de l'objet : Ronds de tapisserie
Lieu de création: Égypte
Peuple : Copte
Date de création : De 600 à 799 apr. J.-C.
Dimensions : 10 cm sur 10,5
Matériaux & Techniques : Lin et laine, tissage tapisserie
Source : Don de Mme Herta Vodstrcil
Numéro au catalogue : T88.0044ab

Des tisserands coptes de l’Égypte destinaient sans doute ces ronds de tapisserie à une tunique, typique de l’ère byzantine. Sont nés à cette époque des modes de tissage passés à l’histoire pour leur remarquable inventivité. Les Coptes savaient rehausser les tuniques en lin à l’armure unie d’incrustations colorées de tapisserie en laine, où se côtoyaient figures humaines, oiseaux et autres animaux dans des scènes mythiques.

Autres images

Transversalement

Transversalement

Dos

Dos

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Autres perspectives

Gros plan

Gros plan

Gros plan

Gros plan

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Vue Touchpoint

Pour voir ce contenu, vous devez permettre Javascript et avoir Flash Player 9.

Nota : La version 9 ou une version plus avancée de Flash Player est requise.

Bande sonore

Le lin

Écoutez Patricia Bentley, conservatrice du TMC, au sujet du lin.

Credit: Bande sonore produite par le TMC

Pour voir ce contenu, vous devez permettre Javascript et avoir Flash Player 9.

Image reliée

Le Lin

Le lin

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Transcription

La culture du lin a tôt été mêlée de près aux inventions humaines. Tous les végétaux de la famille Linum usitatissimum offrent les avantages potentiels du lin, mais il a fallu des siècles de culture pour mettre au point des variétés accentuant des propriétés particulièrement recherchées. Une variété peut produire davantage de semences et fournir plus de cette huile et de ces graines de lin prisées dans l’alimentation humaine et du bétail. Une autre peut être cultivée de façon à pousser en tiges longues et minces, idéales pour la filature. Si les tisserands coptes préféraient la laine pour leurs ronds de tapisserie, en raison de sa souplesse et de sa capacité à saisir la vivacité des teintures naturelles, ils utilisaient plutôt le lin, robuste et lustré, pour les tuniques.

Objet

Le mélange des styles à l’ère byzantine

La majorité des textiles coptes visibles dans les musées de nos jours ont été tissés pendant le premier millénaire apr. J. C. dans les cités romaines d’Égypte. Ces textiles – pour la plupart des vêtements – mettent en scène tout un éventail de figures et de portraits gréco-romains et de symboles et de récits chrétiens, rehaussés de broderie arabe. Dans la première partie du millénaire, les pièces de tissage tapisserie ornementant les objets faisaient surtout intervenir l’imagerie hellénistique, évoquant les motifs des vases grecs. Les portraits figuratifs et les illustrations de récits ne sont devenus courants que plus tard. Tout au long de la période de production copte, les bordures des textiles étaient garnies de courbes et d’entrelacs à la grecque ou de motifs géométriques d’influence arabe.

Fragment

Fragment

Lieu de création : Égypte
Peuple : Copte
Date de création : De 500 à 699 apr. J.-C.
Dimensions : 56 cm sur 37
Matériaux & Techniques : Lin et laine, armure unie et tissage tapisserie
Source : Don de Mme Lloyd Solish
Numéro au catalogue : T90.0236a

Instantané

Le tissage copte

Au XIXe siècle, la méthode de fouille archéologique la plus utilisée dans le domaine textile consistait à découper de petits morceaux à motifs sur des pièces textiles plus grandes. Des dizaines de milliers de ces fragments colorés se sont retrouvées dans les musées du monde entier, surtout après 1889, lorsque l’archéologue français Albert Gayet a amorcé ses fouilles en Égypte. Les cimetières de cités comme Arsinoë (anciennement Crocodilopolis, dans la province du Fayoum) comptaient des dizaines de milliers de pièces d’étoffe, la plupart datant du IVe siècle, quand la momification est tombée en désuétude et qu’on a commencé à ensevelir les morts avec leurs vêtements. Aujourd’hui encore, des tisserands coptes conçoivent des tapisseries et des textiles qui font honneur à leur riche culture.

Égypte

Le tissage copte

Titre : Égypte

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Lien avec la collection

Nota : Les liens s'ouvriront dans d'autres fenêtres du navigateur.

Tapisserie

Tapisserie

ID*: T96.0194

Fragment

Fragment

ID*: T2006X0158

Fragment de rideau

Fragment de rideau

ID*: T88.0038