Sauter la navigation
 

Monde macroscopique

Forêts

Fragment Agrandissez

Il fut un temps où l’Europe du Nord tout entière, du Royaume-Uni aux steppes de la Russie, était couverte de forêts tempérées. Les vastes étendues de chênes et d’hêtres à grandes feuilles au centre du continent et le long de la côte Atlantique ont abrité des peuplades humaines pendant des millénaires. Ce biome – ou écosystème – est considéré comme le berceau de la civilisation occidentale.

À propos de cet objet

Nom de l'objet : Fragment
Lieu de création: France
Date de création : Vers 1820
Dimensions : 51 cm sur 81
Matériaux & Techniques : Coton, tissé et imprimé à la plaque de cuivre
Source : Don de Howard Gorman
Numéro au catalogue : T88.0561

Ce fragment de coton imprimé est connu sous le nom de « toile de Jouy » – un style né dans la France du XVIIIe siècle, parallèlement à l’essor de la gravure sur cuivre. Davantage destinée à l’ameublement qu’au vêtement, cette toile illustre des scènes d’un mélodrame, Le vampire, joué pour la première fois à Paris en 1820.

Autres images

Dos

Dos

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Autres perspectives

À éclairage arrière

À éclairage arrière

Gros plan

Gros plan

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Vue Touchpoint

Pour voir ce contenu, vous devez permettre Javascript et avoir Flash Player 9.

Nota : La version 9 ou une version plus avancée de Flash Player est requise.

Instantané

Les forêts tempérées

Les forêts tempérées d’Europe sont parsemées de formations géologiques des plus diverses, comme des cavernes et des grottes. Certaines formations ont longtemps facilité les déplacements d’une région à l’autre, offrant des haltes où les voyageurs pouvaient échanger leurs croyances et leurs inventions. La vignette du coin supérieur gauche de ce fragment de toile représente la fameuse grotte de basalte de Staffa, l’une des îles Hébrides au large de l’Écosse, où se déroule l’action d’un grand mélodrame, Le vampire. La vignette du coin inférieur gauche a pour arrière-plan Schiehallion, un mont écossais. L’Écosse est devenue un lieu de prédilection pour camper les mélodrames au début du XIXe siècle, après le passage d’un prolifique romancier et poète de l’époque, Sir Walter Scott.

Forêt de Heidelberg

Les forêts tempérées

Titre : Forêt de Heidelberg
Source : Image offerte par Ulrich Mueller

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Objet

Les toiles

Estimées dès leur apparition, les toiles comme celle-ci ont été rapidement et largement imitées. Le mot « toile » est devenu à la fois associé à un tissu (souvent du coton imprimé de motifs monochromes et figuratifs, maintes fois répétés) et au dessin en soi. L’impression de toiles au moyen de plaques de cuivre gravées a débuté à Jouy, en France, en 1770, lorsque les fabricants de textiles européens ont voulu créer leur propre version des cotons indiens mordancés, très prisés chez eux, comme le calicot. Les Français utilisaient les teintures naturelles à leur disposition, souvent la garance, auxquelles ils ajoutaient des sels minéraux, comme le fer, pour « mordre » la fibre de coton. Sans cela, la teinture ne tenait pas.

Fragment

Fragment

Lieu de création : France
Date de création : 1785
Dimensions : 160 cm sur 107
Matériaux & Techniques : Coton et lin, tissés et imprimés à la plaque de cuivre
Source : Don de Howard Gorman
Numéro au catalogue : T88.0592

Bande sonore

Le mythe du vampire

Écoutez Gábor Klaniczay, expert spécialisé dans l'étude des vampires

Credit: Bande sonore produite par le TMC

Pour voir ce contenu, vous devez permettre Javascript et avoir Flash Player 9.

Image reliée

Le Vampire

Le mythe du vampire

Titre : Le Vampire

Nota : Cliquez sur la vignette pour faire apparaître une image à haute résolution.

Transcription

La mort dans des circonstances étranges ou anormales a suscité certaines croyances, dont les premières étaient liées à la sainteté. On pensait que les corps des personnes saintes se conservaient de façon anormale. Miraculeusement, il arrivait même, croyait-on, que les ongles ou les cheveux continuent de pousser après la mort. Ce phénomène s’expliquerait par la présence d’une force vitale active et constante, même après la mort. Ces croyances avaient aussi leur pendant négatif, avec les vampires, des créatures monstrueuses, ou des morts vivants, qui suçaient le sang chaud des vivants pour continuer de vivoter d’une étrange manière. Une explication religieuse est apparue pour qu’on comprenne que les créatures de ce type avaient commis des péchés de leur vivant. Il en a donc découlé un éventail de symboles montrant les vampires comme des esprits malins.

Lien avec la collection

Nota : Les liens s'ouvriront dans d'autres fenêtres du navigateur.

Fragment

Fragment

ID*: T88.0573

Fragment

Fragment

ID*: T88.0570

Courtine

Courtine

ID*: T86.0059