apprentissage

Textiles - Fabrication

Vue détaillée d'un textile

Avant la Conquête espagnole, les vêtements étaient souvent fabriqués à l'aide de métiers de ceinture, qui sont toujours utilisés aujourd'hui. Les textiles qui en résultaient étaient finis sur chacun des quatre côtés; ils étaient tissés pour obtenir la grandeur désirée et jamais ajustés après le tissage. Les fils étaient préparés par filage et par retordage.
Des exemples archéologiques de tissage pré-Hispanique aux Amériques montrent la grande attention portée aux détails ainsi que des texture et des motifs sophistiqués.

Chaîne supplémentaire

Chaîne supplémentaire

La technique de la chaîne supplémentaire est une manière d'introduire des motifs de chaîne dans un tissu, en y flottant des fils de chaîne supplémentaire par-dessus la base de tissage simple, sans déranger les structures de base du tissage. Les fils de chaîne supplémentaires sont entrelacés à intervalles réguliers avec la trame insérée entre les fils de chaîne de base et flottant à l'envers pour d'autres zones.

Trame supplémentaire

Trame supplémentaire

La technique de la trame supplémentaire crée un motif en flottant des fils de trame supplémentaire par-dessus le tissage de base, sans pour autant déplacer la structure tissée. Les fils de trame sont insérés le long du même passage que la trame principale, puis bougés dans un mouvement de va-et-vient afin de créer le motif. Ce procédé s'effectue sur le métier et s'appelle le brocart.

Jupe de femme tubulaire

La trame décorative peut changer la couleur dans chaque rang, ce qui donne lieu a une variété de couleurs dans le motif. La base est généralement composée de coton ordinaire. Les fils de trame supplémentaire en Amérique du Sud se composent souvent de laine, tandis qu'en Amérique centrale, on utilise le coton.

Jupe de femme tubulaire, warp ikat (chinée par teinture). Le texte tissé se lit comme suit: RECUERDOTOTONICAPAN («Souvenir de Totonicapán»). Fabriqué au Guatemala environ 1930 Apr. J.-C. (T94.0977).

Gaze

Gaze

Le tissage de gaze est créé quand deux ou quatre fils de chaîne se croisent; les encroix sont retenus par un fil de trame. Les fils de trame recroisent ensuite pour revenir à leur position originale, ce qui produit un effet de petits trous dans le tissu. Ces gazes étaient normalement faites avec de fils de coton bien retordus pour créer un effet crêpon.
Le textile Chancay vu à gauche, tissé aux environs de 1200-1550 Apr. J.-C. est un excellent exemple de l'ancienne technique du tissage de gaze.

Chaîne supplémentaire

Chaîne supplémentaire

Les chaînes de deux couleurs différentes sont disposées en paires complémentaires intégrales à la structure du tissu. Par opposition à la trame supplémentaire, il n'y a pas de tissu de base sur lequel le motif est créé. Chaque chaîne a une contrepartie sur l'envers du tissu, le motif se composant de deux paires de chaînes entrelacées avec la trame. On obtient un tissu réversible dont les couleurs d'un côté sont l'opposé des couleurs de l'autre.

Tapisserie à fentes

Tapisserie

La tapisserie est une structure textile simple dans laquelle les fils de chaîne sont recouverts de fils de trame, où la variation des couleurs de la trame crée le motif. La tapisserie péruvienne utilise presque toujours une chaîne de coton recouverte par une trame de laine.

Tapisserie à fentes - les fils de trame ne s'entrelacent pas aux intersections des zones de couleurs adjacentes. Ce style est associé aux cultures côtières du nord et du centre de Chimú, de Lambayeque et de Chancay.

Tapisserie entrelacée

Tapisserie entrelacée - les fils de trame des zones de couleur contiguës s'entrelacent à leur point de recontre. Ce style est caractéristique des cultures des hautes terres méridionales comme les Wari et les Incas qui utilisaient cette technique pour créer leurs textiles les plus prestigieux.

Incrustation

Incrustation - les fils de trame de différentes couleurs (parfois un seul et parfois trois fils en même temps) enveloppent un seul fil de chaîne à l'intersection des zones de couleur contiguës. Cette technique se manifeste sur la côte centrale du Pérou.

Tissage à l'aiguille

Tissage à l'aiguille

Pour ce point péruvien, on forme une boucle en recroisant le fil sur lui-même. Malgré la différence structurale, le travail fini ressemble à un tricot, même s'il a été conçu à l'aide d'une seule aiguille.

Le fragment textile vu à gauche, évoquant des têtes désincarnées, fut créé par un tisserand nazca il y a environ 1 800 ans et aurait fait partie d'un vêtement d'homme.

Technique de la chaîne et de la trame discontinues

Technique de la chaîne et de la trame discontinues

Dans le cas de cette technique, les fils de trame et de chaîne ne sont pas passés d'une lisière à l'autre. Ils traversent plutôt leur propre zone de couleur pour ensuite faire demi-tour là où une couleur rencontre l'autre et la couleur change. La chaîne et la trame sont discontinues, ce qui créé une étoffe plus difficile à produire du point de vue structural, et il s'agit d'une technique uniquement retrouvée au Pérou.
L'exemple vu à gauche fut tissé aux alentours de 1300-1515 Apr. J.-C. dans les hautes terres méridionales du Pérou mais il ne s'agit pas d'un textile inca (T94.1013).

Métier de ceinture

Les tissus anciens de l'Amérique du Sud et de l'Amérique centrale étaient, pour la plupart, tissés à l'aide d'un métier de ceinture qui y est toujours utilisé. Les autres types de métiers utilisés au Pérou sont le métier vertical et le métier horizontal qui est fixé au sol par des piquets.
Ici un tisserand de Chinchero - un village dans les hautes terres méridionales du Pérou, près de Cusco - tisse du fil teint de façon naturelle en se servant d'un métier de ceinture.

Un textile

La largeur de l'étoffe tissée sur le métier de ceinture n'excède pas la distance à travers laquelle le tisserand pourrait passer une navette d'une main à l'autre (normalement de 60 à 75cm). Deux morceaux de cette bande non ouvrée à quatre lisières pouvaient être cousus ensemble pour produire un tissu plus grand. En commençant à un bout du métier, l'étoffe était tissée sur une courte distance, puis le métier était tourné et le tissage recommençait à l'autre bout. Lorsque la chaîne se remplissait, la baguette de foule et les lisses devenaient inefficaces et par conséquent la dernière insertion de trame se faisait à l'aiguille.

Des fuseaux

Au Mexique et en Amérique centrale et du Sud, on filait les fibres à l'aide de fuseaux de bois et d'épines, avec ou sans fusaïole; ces dernières étaient faites en céramique, en pierre ou en bois. Aujourd'hui la laine est filée avec un fuseau en forme d'une toupie; pour le coton on met un bout du fuseau dans un petit bol. On croit que ces techniques étaient utilisées avant la Conquête.

Image reliée au texte

Lors du filage, on retord les fibres vers la droite ou vers la gauche, ce qui produit une spirale en forme de S ou de Z. Les fils simples sont retordus ensemble, afin d'obtenir un fil plus résistant; le retordage se fait en sens inverse de la torsion. Le sens du filage et de la torsion variaient et peuvent nous indiquer la provenance de certains textiles péruviens.

Retour au haut de la page