explorez

Les hautes terres andines - Paysages physiques - Flore et faune

Cobayes

On ne connaît rien du développement des textiles à base de laine provenant des hautes terres, mais il est probable qu'il existait une tradition bien établie de filature, de tissage et de teinture aux environs 800 Av. J. - C.
Le chien, le canard musqué et le cobaye faisaient également partie des animaux montagnards domestiques. Les cobayes étaient élevés partout aux Andes centrales comme source de viande. Aujourd'hui, ces bêtes sont gardées dans les cuisines où on les nourrit de restes de table. Comme ils se multipliaient rapidement et qu'ils nécessitaient peu de soin, les cobayes, tout comme les fruits de mer, étaient une des sources principales de protéines pour les andins. On les mangeait beaucoup plus que les camélidés ou les cerfs.

Un fragment d'un tissu

L'habitat coeur de la population des lamas en Amérique du Sud était jadis, et demeure aujourd'hui, l'altiplano du sud du Pérou ainsi que de la Bolivie, autour du lac Titicaca. D'autres espèces animales provenant des hautes terres sont les cerfs (deux variétés), les pumas (ou couguars), les viscachas (de grands rongeurs comestibles) et les ours à lunettes. Les condors nichent dans les montagnes des hautes terres.

Image: Le condor était un sujet commun de l'art andin. Il symbolisait le pouvoir car, comme maître des cieux, il dominait et chassait les animaux vivant à des niveaux en dessous du sien. Ce textile provient en fait de la côte et non des hautes terres. Fabriqué par les Chimú, il s'agit d'un exemple de condor que l'on retrouve rarement parmi les objets produits à cette époque dans cette région

En apprendre davantage sur cet objet
Des lamas

Les animaux sauvages et domestiques jouaient un rôle essentiel dans la vie des anciens andins. Les plus importants parmi ces animaux étaient les camélidés. Aujourd'hui comme hier, il existe quatre espèces de camélidés au Pérou : le lama, l'alpaga, le guanaco et le vicuña (ou vigogne). On élevait le lama et l'alpaga tant pour leur laine que pour leur viande; le lama servait aussi de bête de somme. Le guañaco et le vicuña sont des animaux sauvages que chassaient les Incas. Parfois ils étaient utilisés pour la laine et puis libérés, tandis que d'autres étaient tués et sacrifiés pour leur viande et leur peau.

Des lamas

Les camélidés jouaient un rôle essentiel dans la vie des anciens peuples montagnards pour plusieurs raisons. Dans leurs pâturages élevés et arides, les camélidés, pour survivre, n'ont besoin que de petites quantités d'eau. Leur pelage soyeux est facilement teint et sert à la création des vêtements protecteurs essentiels à la survie dans cet environnement rude. Les camélidés peuvent servir, au besoin, de source de protéine ainsi que de moyen de transport. Les lamas transportaient les denrées d'une zone à une autre, ce qui permettait aux anciens peuples d'exploiter plusieurs zones écologiques. Les denrées étaient transportées dans des sacs tissés de la laine des camélidés.

blanc

Les lamas

Utilisés principalement en tant que bêtes de somme, ces animaux peuvent porter des poids de 20-40 kg et peuvent parcourir des distances couvrant jusqu'à 30km par jour.

Sont gardés comme sources de viande et de laine, ainsi que pour la production de fumier.

La laine des lamas est plus épaisse que celle des alpagas et sert à la fabrication des couvertures, des tapis et pour une variété d'autres articles ménagers.

Alpaga

Les lamas jouaient plusieurs rôles différents dans les contextes rituels. Durant l'époque inca, l'État s'assurait la loyauté de ses sujets en leur donnant des lamas.

Les Incas ont encouragé l'élevage des lamas dans leur empire.

Les caravanes de lamas étaient utilisées durant les temps anciens pour le transport des denrées entre la côte et les hautes terres, et du nord au sud.

blanc

Les alpagas

Plus petits et plus légers que les lamas, les alpagas étaient élevés pour leur viande et pour leur laine.

Ceux-ci étaient moins répandus que les lamas et se trouvaient du Pérou central jusqu'à l'extrême nord de l'Argentine. Ils se trouvaient rarement à des altitudes de moins de 3700m.

Dépendent énormément des bofedales (pâturages succulents) qui se trouvent dans les régions marécageuses élevées.

blanc
  • Produisent une abondance de laine fine et soyeuse s'ils bénéficient de bonnes conditions d'altitude, de climat et de pâturage. Durant l'ère inca, les alpagas étaient élevés pour leur laine et on les tondait tous les trois ans.
  • Les Incas obligeaient les paysans à tisser la laine d'alpaga fournie par l'État. Dans les communautés où il n'y avait pas de troupeaux d'alpagas, la laine était entreposée par l'État et distribuée aux paysans.
  • La laine d'alpaga servait à tisser des textiles de qualité pour l'élite; il s'agissait des denrées les plus prisées au Pérou.
Retour au haut de la page