explorez  

Les hautes terres andines - Paysages culturels - Vision du Monde

Un détail apparaissant sur une ceinture de laine

Depuis les temps anciens, les 3 principes de base de la philosophie sont les suivants:

- Dans l'univers, chaque chose et chaque être à sa contrepartie
- On ne doit rien prendre sans donner en retour
- La survie individuelle dépend de l'effort collectif

L'environnement physique a donné naissance à ces principes et toutes les cultures des hautes terres les respectaient.

Ceinture Quechua contemporaine de Chahuaytiri, au Pérou

Les Andins croient que, dans l'univers, tout a une moitié complémentaire et qu'il s'agit de couples et de dualités à chaque niveau de l'existence; homme et femme, nord et sud, haut et bas, positif et négatif. Les chercheurs classifient ce mode de pensée de dualiste. Ce type de pensée a influencé l'organisation de la société andine. Les petites communautés se jumelaient pour les rites; les grands États formaient des paires de provinces énormes. Cette dualité se manifestait dans l'art, particulièrement les articles textiles. Les oppositions, le doublement et les effets miroirs apparaissent dans les anciens textiles, parfois dans les pièces contemporaines.

Illustration par Guaman Poma évoquant le sacrifice rituel d'un lama

Les Andins croyaient aussi à un système de réciprocité ou de concessions mutuelles. Tous les accomplissements humains dépendaient de la grâce des dieux. Les humains se sentaient obligés envers les dieux pour leur bonne fortune et ainsi ils les remerciaient par leurs prières, dévotions et sacrifices. Il était essentiel que les dieux soient retribués et que l'équilibre des concessions mutuelles soit maintenu.

Image : Illustration par Guaman Poma, un chroniqueur du Pérou au 17e siècle, évoquant le sacrifice rituel d'un lama.

Une vue d'un système de terrasses incas

Parmi les sociétés agraires des hautes terres, le gagne-pain d'un individu était dépendant de son existence dans une communauté. Les montagnards dépendaient des divers troupeaux et cultures pour leur survie, et ceux-ci croissaient à des altitudes diverses. Les systèmes étendus de terrasses et d'irrigation étaient essentiels à l'agriculture sur les versants afin d'accroître l'aire de terre arable et ce qui était une tâche formidable. Dès les temps anciens, les Andins s'étaient rendus compte que le seul mode de survie était dans le contexte d'une communauté plus large, c'est-à-dire de partager la terre et la labeur.

Retour au haut de la page