explorez

Désert côtier - Paysages culturels - Religion

Un textile Chimú

Durant l'époque Chimú, la déesse lunaire « Si » était la divinité principale, car on croyait qu'elle contrôlait le climat, les récoltes et la marée. On la croyait plus puissante que le soleil, car elle apparaissait tant la nuit que le jour. De plus, le soleil était un persécuteur avec sa chaleur étouffante qui desséchait les cultures. La mer, « Ni », était elle aussi une divinité importante comme on se tournait vers elle pour une bonne pêche et pour la protection contre la noyade.
Ce textile Chimú dépeint une figure parée d'une coiffe en forme de lune - un genre de couvre-chef souvent porté par l'élite des cultures de la côte septentrionale - qui pourrait représenter une phase de la lune.

En apprendre davantage sur cet objet
 Un vaisseau Moche à bec en étrier

Les sociétés célébraient leur relation avec la nature lors des cérémonies. Les potiers et les tisserands de l'ancienne aire andine avaient créé des objets multicolores, façonnés de manière exquise, qui reflétaient le monde naturel. Les peuples anciens ont révélé de nombreux aspects de leur vie : les croyances, les rites, les divinités, les chefs, la faune et la flore, l'architecture, etc. Les motifs figurant sur les pots et les textiles apparaissaient aussi dans leur architecture et dans leurs ouvrages métalliques.

blanc

Image: Un vaisseau Moche à bec en étrier, ~ 100-500 Apr. J.-C. Ce pot - aussi une effigie d'un hibou - est un excellent exemple du style réaliste des arts céramiques de Moche. Il s'agit aussi d'une illustration de l'importance du monde naturel pour les artistes côtiers, qui leur fournissait tant l'inspiration que le modèle. .

Retour au haut de la page