explorez  

Désert côtier - Paysages physiques - Ressources

Une partie rocheuse de la plage

Pendant les 11, 000 ans qui ont précédé l'irrigation agricole, les peuples côtiers se sont installés le long du rivage. Se servant de barques, ils exploitaient les ressources marines abondantes amenées par le courant de Humboldt. Ils se nourrissaient d'anchois et d'autres poissons, de crustacés, d'oiseaux et de mammifères marins, tous riches en protéines. Ces peuples cueillaient aussi les fruits sauvages et le coton des vallées fluviales.

Image : Une partie rocheuse de la plage contournant la côte nord du Pérou.

Coton

On fabriquait les filets de pêche en tordant, tressant et tissant les fibres du coton récolté; on s'en servait aussi pour faire des sacs ainsi que des vêtements protecteurs. Ils faisaient aussi pousser des roseaux de tortora, qu'ils liaient ensemble pour en construire des radeaux flottants; les courges évidées servaient de flotteurs pour les filets. Vers 2500 Av. J.-C., il existait des villages permanents à Huaca Prieta, et des textiles de coton tressé à motifs datant de 2300 Av. J.-C. y ont été découverts.

Un textile

Les matériels et les techniques textiles se sont développés pendant des milliers d'années avant qu'on enfourne la première pièce d'argile de la région. Le développement de la vannerie et du cordage des fibres végétales jusqu'au tissage simple du coton, puis au textiles tissés de motifs est survenu au cours des premiers 6 000 ans de la tradition textile andine.

En apprendre davantage sur cet objet
Maïs

Autour de 1800 ans Av. J.-C., les peuples côtiers ont déplacé leurs colonies vers l'intérieur des terres, afin de cultiver le coton au lieu de cueillir ce qu'ils trouvaient. Ils ont aussi fait pousser du maïs, des haricots, des courges, des cacahuètes et du piment rouge. Leurs sources de protéine provenaient de la viande des animaux domestiqués comme les cobayes, les canards et aussi du gibier.

Vaisseau

L'irrigation agricole leur a permis de récolter le coton en abondance. C'est à cette époque que sont apparus la poterie et le tissage à lisse. Comme la nourriture était devenue plus abondante, les récipients céramiques étaient devenus essentiels pour cuire et conserver la nourriture et pour le brassage des boissons cérémonielles comme la chicha, à base de maïs. Les céramiques étaient fabriquées par le « colombinage », en les modelant à la main ou à l'aide de moules de différentes formes afin d'en faire des vaisseaux, des figurines et des instruments musicaux. Les vases céramiques étaient décorés de motifs et de scènes peints, modelés ou ciselés.

En apprendre davantage sur cet objet
Métier à tisser

Le tissage de lisse est une méthode de tissage plus efficace (la lisse relève plusieurs fils de chaîne afin de faciliter le passage des fils de trame) qui a permis de produire de grandes quantités de tissus de coton. Il suffisait de peu de matériel pour faire ces divers métiers à tisser - quelques tiges liées ensemble pour en faire un métier à tisser de « ceinture », un métier à tisser horizontal et vertical. Des peignes simples, des aiguilles, des fusaïoles et des bobineaux faisaient avancer les fils.

blanc

À partir du début de l'Horizon ancien (1400 - 400 Av. J.-C.), les textiles étaient prisés et servaient de symboles de rang, de biens d'enterrement, d'offrandes rituelles, d'emblèmes d'appartenance à l'élite et de décorations pour la maison. Si les premiers textiles de la côte étaient faits exclusivement de coton, à partir de cette époque, les peuples côtiers ont troqué le coton, le poisson séché et le maïs contre la laine de tissage et d'autres biens provenant des hautes terres.

Retour au haut de la page