LES OBJETS PAR EUX-MÊMES

Les Nazcas

Fragment tissé à l'aiguille
  • Ce fragment textile aurait peut-être servi de bordure cousue le long d'une emmanchure ou d'une encolure de tunique d'homme. Cet article est le plus vieux de l'exposition car il fut fabriqué entre 100 et 300 Apr. J.-C. par le peuple Nazca, habitant la côte sud du Pérou. Les visages humains représentaient des têtes tranchées. Les longs fils noirs qui y figurent ne représentent pas des barbes mais plutôt des cheveux longs, car les hommes andins étaient généralement glabres. Les têtes sont cousues sur une bande ornée de motifs géométriques au dessus de laquelle figure une série de pattes jumelles évoquant l'alimentation de base des andins, les haricots.

En apprendre davantage sur cet objet

Vue détaillée d'un vaisseau

Qui

Selon les registres archéologiques, la culture andine des Nazcas a existé le long de la côte sud du Pérou de 0 - 700 Apr. J.-C. Les fouilles archéologiques d'aujourd'hui indiquent que les Nazcas n'avaient ni un gouvernement central et unifié, ni une capitale, comme il était courant pour la plupart des sociétés États.

En apprendre davantage sur cet objet
Vaisseau

Le peuple nazca partageait une vie culturelle commune mais vivait en tribus distinctes, chacune ayant son propre chef. Les chercheurs soupçonnent que ces divisions ont causé un système d'hostilité organisé où l'acquisition de têtes-trophées, c'est-à-dire la conquête d'énergie ennemie, jouait un rôle décisif. Le leitmotiv de l'art nazca est celui des têtes tranchées. Les découvertes archéologiques de corps décapités et de caches de têtes confirment cette pratique nazca.

Immense objet en céramique

Quoi

Cette énorme céramique provenant du début de la période nazca dépeint un être humble portant une simple jupe d'homme et tenant un bâton ainsi qu'une tête-trophée. Il est apparemment la proie d'une créature plus grande que lui, parée d'un habillement complexe, qui se régale en enfonçant sa longue langue directement dans le cou de la victime.

En apprendre davantage sur cet objet
Fardo funéraire

Le personnage le plus grand est considéré comme un ancêtre nazca. Le vaisseau en soi ressemble aux « fardos funéraires » qui représentaient généralement de tels ancêtres. Les Nazcas possédaient un système de symboles relié à la croyance en une transformation au moment de la mort où les personnes récemment décédées - dépeintes portant de simples jupes et la tête pendante vers l'arrière - régénèrent leurs ancêtres puissants de leurs propres fluides corporels. La figure recourbée vers l'arrière porte normalement une longue chevelure dénouée. Cette coiffure prévalente de l'art nazca est reproduite ici par la perruque ajoutée à la photo numérique.

Vue détaillée d'un objet céramique

Ainsi commence le processus de transformation par lequel la personne récemment décédée deviendra elle-même un ancêtre puissant; ce changement se manifeste par des cheveux courts, par l'ajout d'ornements et par l'apparition de caractéristiques de prédateurs (veuillez noter les moustaches félines sur ce pot). Le processus par lequel les nouveaux morts offrent leur sang à leurs ancêtres, comme si les morts enrichissaient la terre, fait partie du cycle de la mort, de la désintégration et de la renaissance.

Image reliée au texte

La figure penchée vers l'arrière pourrait symboliser un lien dans le cycle mythique de la vie et de la mort. Dans l'art nazca, ces images de figures penchées « en transformation » sont souvent juxtaposées à des images de fertilité se manifestant souvent sous forme de plantes ou de grains. Les têtes tissées sur ce textile nazca sont une espèce « d'abréviation » visuelle de la figure penchée aux cheveux longs. Sur la partie supérieure de ce fragment, nous pouvons aussi remarquer les images de fertilité apparaissant sous forme de haricots.

Image reliée au texte

Ces deux objets - le fragment textile et le vaisseau céramique - représentent le même système de métaphores utilisés par les Nazcas pour exprimer leur concept de la vie future. Cela devient d'autant plus clair quand on ajoute numériquement une perruque à la victime figurant sur ce pot. Dans son temps, cette pièce aurait vraisemblablement été décorée par une telle perruque.

Image reliée au texte

L'addition « théorique » des cheveux longs renforce le lien entre ces deux objets. Les articles céramiques de jadis, les statuettes en particulier, étaient souvent ornés d'accents périssables comme des plumes, des plantes, du tissu ou du bois, qui se sont bien sûr désintégrés il y a longtemps. Obtenir plus de renseignements sur les thèmes de la transformation, de la fertilité et de la vie future dans l'art nazca.

Carte

La culture nazca dominait la côte sud du Pérou le long de plusieurs vallées fluviales. Cette région est très aride et le désert côtier jouit d'un climat pareil à celui du Sahara. Comme ils habitaient une des régions les plus arides du globe, les Nazcas ont intensifié leur potentiel agricole par le biais de l'irrigation et ont aussi exploité leurs ressources maritimes.

Image reliée au texte

La survie était la préoccupation principale des Nazcas. Leur croyance religieuse au sacrifice ainsi que l'acquisition de têtes-trophées indiquent jusqu'à quel point les Nazcas vénéraient leurs dieux, qu'ils croyaient être les maîtres de la nature.

Chronologie

Autobiographie
Retour au haut de la page